Disqualification au World Press Photo

publié par Patrick le 10 mar, 2010, sous Opinions, Texte à lire
10 mar

Un photographe (Stepan Rudik) a vu son prix World Press Photo (3e prix, sport) retiré pour manipulation excessive de l’image originale. La nouvelle est survenue environ une semaine après l’annonce officielle des gagnants pour 2009.

World Press Photo - Disqualification

Cette nouvelle a beaucoup fait parler la semaine dernière. DVA, BJP, Spinning Head et The Lens font partie des blogues qui ont rapidement offert leurs opinions sur la situation. Asim Rafiqui du blogue The Spinning Head est sans aucun doute le plus vocal (et négatif) envers Stepan.

© Stepan Rudik

© Stepan Rudik

Stepan s’est défendu à plusieurs reprises, principalement via BJP, sur le fait qu’il était dans ses droits de recadrer l’image et la convertir à sa guise. Ses propos se tiennent beaucoup sur son opinion que « l’objectivité » en photographie est quelque chose de très relatif.

Mon opinion est la suivante … convertir des fichiers RAW en noir & blanc et les tonifier constitue une réalité et technique tout à fait acceptable. Que vous n’aimiez ou n’aimiez pas, le noir & blanc a toujours été un moyen photographique et visuel acceptable et il est (mon opinion) non moins valable que la photographie couleurs. Certains photographes (autant ceux qui préconisent la couleur que le noir & blanc) vont tonifier leurs images à l’extrême, utilisant des techniques dans Photoshop qui dépassent largement les possibilités de la chambre noire. Je n’aime généralement pas ces images, mais libre à eux de les produire, la responsabilité retombe sur nous d’accepter ou refuser ces images par la suite.

En ce qui concerne la photo de Stepan, la question n’est pas (contrairement à l’opinion d’Asim) que l’image est surtonifiée, mais plutôt le fait que l’image est un « crop » énorme de l’originale qui à par la suite été réaligné et où un pied en arrière-plan a été enlever. Cette image ne constitue pas une photo dans les règles, je dirais même qu’en relation à l’originale, il ne s’agit même pas d’une photo journalistique selon toutes définitions qui me sont familières. Il (Stepan) ne semble pas comprendre que sa disqualification provient du fait qu’il a retouché le pied gênant en arrière-plan (mon opinion).

© Stepan Rudik

La citation du photographe (sur BJP), « je n’ai fait aucune altération significative ni supprimé aucun détail informatif important. » (ma traduction) en est d’une absurdité risible. Elle ne fait que renforcer mon opinion peu éloquente de ce photographe.

L'image originale © Stepan Rudik

Je m’éternise un peu, mais je tiens à clarifier mon opinion sur la conversion des fichiers RAW. Il est important de comprendre qu’un fichier RAW ne constitue pas une image finale, il est simplement le rendu très brut du capteur. Le fait qu’il soit en couleur n’est qu’une nécessité technologique et ne devrait aucunement être considéré comme étant absolu. Anciennement, je photographiais avec de la pellicule noir & blanc, et s’il existait des appareils numériques produisant des fichiers RAW en noir & blanc je les utiliserais. Il serait inconcevable pour moi de travailler uniquement en couleur parce que Canon ou Nikon m’imposent ce moyen via leurs méthodes de fabrication des capteurs. Dans cette veine d’idée, convertir mes fichiers RAW en noir & blanc, ne constitue pas pour moi une « tricherie » numérique ou manipulation inacceptable ou cosmétique.
?

commentaire

Mais pourquoi diantre a-t-il choisit un grand angle (sans contexte ni réel attrait) pour ensuite rogner (français pour « to crop ») et retoucher le tout comme un fou? Menfin.

En ce qui concerne les capteurs B&W, take a look at this:
http://www.maxmax.com/b&w_conversion.htm

Albert

Albert ( Mercredi, 10 mars, 2010 à 11:48 )

En gros Patrick, tu nous dis que la seule focale acceptable en photojournalisme est le 35mm ou plus court et que des images faites en longue focale sont forcément « menteuses » ?
Parce qu’un « crop » ne sert qu’à ça : « allonger » une focale après coup…

Un photographe modifie forcément la réalité… A partir du moment où on met un évènement dans un cadre, (ce en quoi consiste la photographie), on en livre toujours une interprétation subjective…
Choisir un cadre, c’est déjà de la mise en scène…

Franchement je vois pas ou est le problème, c’est ignorant ou hypocrite que de le disqualifier.

Pierre-Yves ( Vendredi, 2 avril, 2010 à 1:43 )

Pierre-Yves, merci pour ton commentaire.

En fait, je me demande où je cite qu’un photojournaliste doit forcément se limiter à un objectif 35mm?

Rogner une image pour lui donner l’aspect d’avoir été photographié au télé ou réellement la photographier au télé ne constitue pas du tout la même chose. Les effets de compression, les perspectives, l’arrière-plan … bref, l’image entière ne sera pas comparable à une image rognée … ceci est indéniable. Si tu ne me crois pas, fais-en le test toi-même, tu verras bien.

Dans le cas de la photo de Stepan, rien ne l’empêchait de s’approcher de son sujet pour obtenir cette image, pourquoi c’est t’il simplement contenté d’un image rogner par la suite? Parce qu’il n’avait pas vu l’opportunité au moment de prendre la photo? Parce qu’il était gêné? Parce qu’il pensait que l’image originale était bonne et n’a pas poussé plus loin? Je n’ai pas ces réponses, mais force est d’avoué que s’il répond oui à l’une d’elles, peut-être devrait-il encore pratiquer son art avant d’aspirer au World Press Photo … non?

Je suis entièrement d’accord avec toi, l’objectivité en photographie est quelques choses de très relatif. Nous devons faire attention de bien tracer la ligne entre le photojournalisme et le reste du médium ici. Je ne suis pas assez naïf pour penser qu’en photojournalisme tout est représenté de façon neutre, bien au contraire, mais ceci étant dit interprété la réalité et en construire une autre sont deux choses bien différentes. Stepan dépasse cette ligne ici en éliminant le pied gênant dans son image … c’est inacceptable. Il ne s’agit que d’un simple pied, mais la tolérance pour ce genre de modifications doit absolument être à zéro et ne laisser aucune possibilité d’interprétation pour des raisons qui me semblent être bien évidentes.

En terminant, pour ce qui est du World Press Photo, je trouve leurs méthodes douteuses. Je ne comprends pas pourquoi cette image a passé au travers le processus de sélection pour sortir gagnante simplement pour être questionnée une semaine après. Si les juges avaient un doute, l’image aurait dû être éliminée au départ. Leurs règles pour participer au concours sont claires et précises, Stepan a soumis une image qui allait clairement à l’encontre de ces règles, il n’y a rien d’hypocrite dans cette situation. Il faut comprendre que Stepan a été disqualifié pour le pied géant et non pour la photo rognée ou le traitement qu’il lui a donné.

Patrick ( Samedi, 3 avril, 2010 à 9:35 )

Le probleme majeur est que la photo est pourrie. Surtout qu’elle concourrait dans la categorie « sport ». Si ca avait ete dans la categorie « blesse de la premiere guerre mondiale »… passe encore… Mais la, je vois vraiment pas l’interet de cette photo…

olly ( Lundi, 19 avril, 2010 à 2:52 )

Par contre, je ne vois vraiment pas le probleme de recadrer ou de passer en noir et blanc une photo. Surtout en sport, c’est de l’instantanee, tu n’as pas forcement de temps de choisir l’objectif approprie en temps voulu. Bien sur le probleme ici et que si on ne sait pas que c’est la rubrique sport, il est bien difficile d’y discerner une scene sportive…

olly ( Lundi, 19 avril, 2010 à 2:58 )
  • Articles récents

  • Catégories

  • Mots-clés

  • Commentaires récents

  • Archives